Kankan/Affaire 500 millions opposant la femme de l’ex Prefet de Mamou à son amie: 2 ans d’emprisonnement requis contre les prévenus

Suite ce mercredi 11 novembre au tribunal de première instance de Kankan du procès opposant Dame Hadja Oumou Kaba la femme de l’ex Préfet de Mamou à Dame Kanigbè Kaba et son enfant Bangaly Fofana dans l’affaire du présumé détournement de deux cents millions quarante mille francs guinéens intervenus le 5 septembre à Mamou. Poursuivis pour abus de confiance ; menace et chantage, le substitut du procureur près le tribunal de première instance a requis une peine de deux ans d’emprisonnement avec sursis et au payement de 5 millions GNF contre la prévenue conformément aux dispositions des articles 135 ,428 du code pénal guinée. À son fils Almamy fofana après avoir requalifié les faits ,le procureur a demandé à ce qu’il soit retenu dans les liens de la prévention de complicité, chantage et menace. « Vous lui condamnerez aussi à deux ans d’emprisonnement avec sursis  » a demandé M.Maurice Onivogui .
Cette peine a été appuyée par les avocats de la partie civile qui dans leur plaidoirie ont demandé au juge la condamnation de dame Kanibgè Kaba au payement de la somme de deux cents millions quarante mille francs guinéens. « Puisqu’elle a subi des préjudices d’ordre moraux et matériels nous avons demandé à ce que la dame et son fils soient condamnés et de façon solidaire au payement de la somme de 200 millions de francs guinéens » a plaidé Maitre Mamadi Doumbouya l’un des conseils de la partie civile. Une plaidoirie que Maitre Kanté juge infondée. Selon cet avocat de la défense aucune preuve n’atteste le détournement de cette somme par ces clients. « En droit il faut prouver. A mon avis, Je n’ai pas la preuve de l’existence de ces 500 millions. Si l’abus de confiance n’est pas prouvé, En bon droit qu’on renvoie mes clients des fins de la poursuite et demander à la partie civile de se pourvoir. On ne peut pas détourner ce qui n’a pas existé » a lancé Maitre Kanté.
Dans sa prise de parole, le Président de la cour a renvoyé l’affaire en délibéré pour décision être rendue le 17 novembre prochain.
MOHAMED Slem Camara

Quitter la version mobile